Quel budget compter pour le logement étudiant de votre enfant ?

187
Partager :

Le logement tient une part très importante dans le budget étudiant. Studio, résidence étudiante, colocation… Les possibilités sont très nombreuses et le choix dépend du budget, mais aussi des préférences de votre enfant. Pour vous aider à faire le choix, voici un petit guide des différents types de logements pour les étudiants.

La résidence universitaire : une solution à petit prix ?

La résidence universitaire est de loin la solution la plus économique en matière de logement pour les étudiants. En effet, les résidences gérées par le CROUS proposent des chambres à un loyer de 200 euros par mois environ. Bien entendu, l’attractivité de ces loyers fait que les places sont particulièrement limitées. Malheureusement, moins de 10 % des étudiants ont accès aux résidences du CROUS et la priorité va aux boursiers. Il s’agit donc de la solution la plus économique, mais pour en bénéficier, il faut avoir le profil adéquat et s’y prendre le plus tôt possible.

A lire également : Qu'est-ce qu'une Société Civile Immobilière (SCI) et comment fonctionne-t-elle ?

Dans un autre genre, les résidences étudiantes privées représentent une solution qui a l’avantage d’être rassurante autant pour les parents que les étudiants. Si c’est une possibilité qui vous tente, découvrez les logements étudiants à Valence ou ses alentours, où les logements de ce type sont très nombreux. Ils ont l’avantage d’être sécurisés et de permettre à votre enfant d’évoluer parmi des étudiants.

Il s’agit aussi d’une solution très pratique, car les résidences étudiantes sont majoritairement localisées à proximité des universités, mais aussi des transports et des commerces pour plus de commodité. De plus, les résidences étudiantes sont meublées, ce qui réduira le budget à consacrer à l’équipement et à l’ameublement. Bien entendu, un peu de décoration personnelle est toujours la bienvenue : cadres, photos, tableaux, bougies parfumées, livres, plantes vertes et autres accessoires peuvent être achetés pour égayer un peu la chambre.

A lire en complément : Deux raisons d'investir dans l'immobilier à Le Mans

Le principal avantage des résidences par rapport aux logements privés est la sécurité ainsi que les services, car elles ont des gardiens et des intendants qui veillent au grain. De plus, en fonction du budget, vivre en cité U permet d’avoir accès à plusieurs possibilités, d’une simple chambre en colocation à un studio T2. Enfin, il faut savoir que la location en résidence étudiante permet d’accéder aux aides au logement, notamment l’APL étudiant. Pour en bénéficier, il faut faire une simulation sur le site de la CAF afin d’en connaître le montant et adapter votre choix de logement.

Choisissez un studio pour votre enfant étudiant

Dans une enquête récente, le budget moyen pour la location d’un studio a été établi sur une fourchette de 550 euros à 613 euros pour les étudiants. Bien entendu, ce montant varie selon les villes et les régions : en province par exemple, le budget étudiant moyen à consacrer au logement est de 567 euros contre 786 euros en région parisienne.

Outre la localisation, la surface est aussi très importante dans le loyer d’un studio. Avec les charges, il faut compter environ 557 euros par mois. Ce budget peut aller jusqu’à 732 euros pour un T2. Bien entendu, ces prix font la distinction entre le studio, dont la surface moyenne est de 23 m², et un T1, qui a une surface minimale de 29 m². Chose étonnante, le T1 affiche un loyer légèrement inférieur, soit 550 euros par mois. Cela peut s’expliquer par le fait que les studios sont généralement plus rares dans les grandes villes.

Il faut savoir que 42 % des étudiants ont recours au parc privé dans l’Hexagone. L’avantage du studio est qu’il peut être aménagé selon les goûts de l’étudiant et il y a plus de liberté d’organisation et de mouvement. Néanmoins, les prix au mètre carré sont assez élevés, surtout dans les grandes villes. Outre le loyer, il faut aussi ajouter les charges comme l’eau, le gaz, l’électricité, la connexion à internet, l’assurance habitation, mais aussi le dépôt de garantie. En général, le montant de ce dernier équivaut à deux loyers et il doit être remis au propriétaire à la remise des clés. Cela peut être un frein pour les étudiants dont le budget logement est limité. Il faut néanmoins savoir que même si votre enfant choisit de vivre en studio, il est possible de bénéficier de l’APL de la part de la CAF. En fonction des situations, cette aide peut atteindre les 295 euros mensuels.

Et si vous optiez pour la colocation ?

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, seulement 13 % des étudiants choisissent la colocation comme mode de logement. Il s’agit d’une solution avantageuse permettant d’économiser sur le loyer par rapport à la location individuelle. Bien entendu, outre ce loyer nettement inférieur, la colocation a aussi l’avantage de permettre de diviser les coûts à la fin du mois. Il s’agit aussi d’un mode d’hébergement permettant d’être éligible aux aides de la CAF. Vivre en colocation, c’est aussi partager son quotidien avec une petite communauté, avec des repas communs, des soirées ciné ou jeux de société… L’étudiant évolue dans une microsociété et peut même avoir une deuxième petite famille.

Néanmoins, ce côté « entre jeunes » de la colocation n’est pas sans risques. En effet, cela peut nuire à la concentration sur les études, surtout pour les grands distraits qui n’arrivent pas à s’organiser efficacement. Si votre enfant est d’un naturel indépendant et introverti, la colocation peut être un mode d’hébergement qui ne convient pas à son caractère. En effet, il pourrait avoir du mal à se faire son propre espace et trouver du calme pour se reposer ou pour travailler. Les questions d’organisation concernant l’ordre et l’hygiène peuvent également être des sources de discorde et de disputes dans une colocation.

Une chambre chez l’habitant, comment ça marche ?

Bien que la chambre chez l’habitant soit une possibilité pour les étudiants, seulement 2 % d’entre eux optent pour cette solution. Le principe est simple : un propriétaire met à disposition d’un locataire une partie du logement dans lequel il habite lui-même. À l’instar de la location classique, il faudra signer un contrat de bail pour sceller la relation entre l’étudiant et le propriétaire.

La chambre chez l’habitant est différente de la colocation et de la location traditionnelle. Elle permet à l’étudiant de vivre dans une chambre meublée, mais aussi d’accéder à des parties communes à moindre coût. La surface minimale de la chambre doit être de 9 m² et comprendre une porte, une fenêtre, un lit, un bureau, des rangements, une chaise et une source de lumière. Ce type d’hébergement est éligible aux APL.

Préparez-vous aux dépenses imprévues liées à la vie étudiante

Lorsque vos enfants s’apprêtent à entamer leur parcours universitaire, la recherche d’un logement constitue une étape cruciale. Cependant, au-delà du coût du logement lui-même, il est impératif de se préparer aux dépenses imprévues inhérentes à la vie étudiante. Bien que le loyer puisse représenter une part substantielle du budget, il est crucial de ne pas sous-estimer les autres coûts qui peuvent surgir, souvent de manière inattendue.

En premier lieu, la nécessité d’un budget détaillé se profile comme une priorité. Encouragez vos enfants à anticiper les dépenses liées aux manuels scolaires, aux fournitures académiques et aux éventuelles sorties éducatives. La maîtrise de la gestion financière devient alors une compétence essentielle. Tout en fixant un budget mensuel, il est important de prendre en compte les frais liés à la nourriture, aux transports et aux loisirs, garantissant ainsi une vision complète des dépenses à prévoir.

De plus, la santé étant une priorité, l’assurance médicale constitue un aspect non négligeable. Les coûts associés aux visites médicales, aux médicaments et aux éventuelles urgences doivent être pris en compte pour assurer une tranquillité d’esprit constante. Enfin, incitez vos enfants à se constituer une réserve financière pour faire face à des situations imprévues, telles que des réparations inattendues ou des opportunités d’apprentissage hors programme.

Partager :