Comment transmettre une offre d’achat ?

343
Partager :

Vous avez (enfin !) trouvé l’appartement ou la maison de vos rêves et vous êtes prêt à faire une offre d’achat. L’agent immobilier vous demande un écrit mais sans vous fournir un modèle, vous ne savez pas comment rédiger votre offre ou à quoi elle vous engage ? Avez-vous peur que les visites se poursuivent et que le bien vous échappe ? Comment faire une proposition appropriée ? Quelles sont les obligations qui en découlent pour vous, le vendeur et l’agent immobilier ? Réponses dans notre article ci-dessous.

L’offre d’achat, la première étape vers la réalisation de votre achat

L’offre écrite d’achat est un acte juridique contraignant tant pour l’acheteur que pour le vendeur. Lorsqu’elle est signée par les deux parties, elle permet de conserver le bien au profit de l’acheteur et de fixer le prix de vente convenu. Il ne faut pas négliger son importance et être conscient qu’une offre d’achat engage à la fois l’acheteur et le vendeur.

Lire également : Les meilleurs quartiers de Montpellier pour habiter

Les droits et obligations de l’acheteur

En envoyant une offre d’achat au vendeur, l’acheteur exprime sa volonté d’acquérir la propriété. Nous devons donc être certains que vous voulez aller jusqu’à la réalisation finale de la vente. Une fois que le vendeur aura signé cette offre, vous serez engagé.

En principe, il appartient à l’acheteur de rédiger l’offre d’achat, même si certains agents immobiliers peuvent vous fournir un modèle.

A lire en complément : Conseils pour la peinture de toiture

Il est nécessaire d’indiquer certaines mentions afin de bien encadrer votre offre, telles que le délai de rétractation ou la période de validité de votre offre.

Pour ne rien oublier, Rocket Lawyer vous accompagne dans la rédaction de votre offre.

Vous avez le droit de demander certains documents avant de faire votre offre d’achat. Mais d’un point de vue juridique, c’est lors de la signature de la promesse ou du contrat de vente que le vendeur doit fournir les documents nécessaires à la vente. D’autre part, afin d’éclairer l’acheteur et de lui permettre de faire une offre en pleine connaissance des faits, il est possible d’avoir accès à certains diagnostics, par exemple, aux règlements en copropriété si nécessaire, etc.

Les obligations du vendeur

Une fois que le vendeur signe l’offre qui lui a été faite, il s’engage à vendre ses biens à cet acheteur et au prix convenu.

Avant de signer, il est nécessaire de distinguer deux cas :

  • l’offre d’achat est « au prix «  : l’acheteur a fait une proposition d’achat au prix annoncé dans l’annonce. Dans ce cas, théoriquement, le vendeur est obligé d’accepter. « En théorie « seulement, car en réalité c’est plus compliqué. En effet, plusieurs propositions d’achat au prix sont envoyées au vendeur le même jour, après une journée de visite. Dans ce cas, aimerait que la première offre soit acceptée, mais il est accepté que si les offres sont soumises le même jour, le vendeur peut choisir son acheteur ;
  • l’offre d’achat est en dessous du prix : l’offre d’achat peut être inférieure au prix annoncé. Dans ce cas, l’acheteur n’est pas une priorité puisque le propriétaire sera toujours en mesure d’accepter une offre supérieure. Le propriétaire pourra également faire une contre-proposition et entamer des négociations. Dans ce cas, lorsqu’un accord est conclu sur le prix, l’offre peut être signée par le vendeur et l’acheteur.

Attention, rappelez-vous qu’une offre d’achat ne peut pas être supérieure au prix annoncé.

Le vendeur et l’acheteur peuvent-ils changer d’avis ?

Le vendeur ne peut plus changer d’avis une fois l’offre signée. D’un autre côté, l’acheteur, oui. Il est possible de prévoir dans l’offre un délai de rétractation, généralement 8 ou 10 jours, pendant lequel l’acheteur pourra retirer son offre sans avoir à se justifier.

Si ce délai n’est pas prévu dans l’offre (ne pas inquiéter le vendeur par exemple), cela n’a pas d’importance puisque l’acheteur bénéficiera nécessairement d’un droit de retrait plus tard, lors de la signature de la promesse ou du contrat de vente.

En effet, après l’offre d’achat, le vendeur et l’acheteur signeront un compromis ou une promesse de vente. La loi prévoit un délai de 10 jours à compter de la signature de la présente loi, pendant lequel l’acheteur peut se retirer, sans qu’il soit nécessaire de se justifier.

Et l’agent immobilier dans tout ça ?

Lorsque le vendeur a fait appel à un agent immobilier, ce qui n’est pas obligatoire, ce dernier a également des obligations. En tant qu’agent du vendeur, il doit le tenir informé de l’avancement de sa mission, à savoir la vente du bien.

Il doit bien sûr, mettre en place les moyens nécessaires pour s’assurer que la vente est effectuée dès que possible.

Lorsque l’agent immobilier reçoit une offre d’un acheteur potentiel, il est tenu de la transmettre immédiatement au vendeur. Il est interdit, notamment par leur code de déontologie, d’attendre avant de le transmettre. Il ne peut pas tenir l’offre en attendant une offre supérieure ou en attente d’avoir plus d’une offre.

Il existe deux types de mandat : simple et représentation. Le mandat simple permet à l’agent d’énumérer la propriété à vendre et de le faire visiter. Le mandat de représentation lui permet également d’accepter l’offre de s’acheter lui-même et d’entreprendre les formalités relatives à la vente.

Pour aller plus loin, consultez notre guide pratique, « Acheter de l’immobilier, savoir tout avant de vous engager ».

Partager :