Qu’est-ce qu’un syndic bénévole ?

52
Partager :

Si la gestion d’une copropriété crée certaines obligations pour les propriétaires, le syndic de copropriété n’a pas nécessairement à être un syndic professionnel. En fait, dans le respect de certaines limites réglementaires, il est parfaitement possible de confier la gestion d’un immeuble à un syndic volontaire . Ce dernier présente des avantages pour tous les copropriétaires, à condition qu’il soit bien surveillé.

Qu’est-ce qu’un syndic bénévole ?

Les frais de syndic en copropriété professionnel peut représenter 30 -40% des dépenses communes . Pour rivaliser avec ce coût qui n’est parfois pas justifié par la qualité des services, le syndic volontaire est une solution intéressante.

A lire aussi : Qu'est-ce qu'un chemin privé ?

Définition d’un syndic volontaire

Le recours à un syndic volontaire signifie confier la gestion d’un condominium à l’un des copropriétaires, plutôt que de proposer cette mission à un fiduciaire professionnel . La nomination d’un syndic volontaire réduit le coût de gestion d’un bâtiment, selon la disponibilité d’un propriétaire. Ce que l’on appelle le fiduciaire volontaire existe également dans les condominiums horizontaux.

En fait, le syndic volontaire se réunit principalement dans de petites condominiums, où plusieurs appartements peuvent appartenir à la même personne. Il convient également de noter que, malgré sa définition du volontariat, un syndic non professionnel peut recevoir une rémunération sur le budget de la copropriété , correspondant notamment au remboursement des dépenses engagées dans la gestion de l’immeuble. Toutefois, cette rémunération doit rester accessoire

A voir aussi : Pourquoi faire construire une maison d’architecte ?

Les missions d’un fiduciaire volontaire sont les mêmes que celles d’un syndic professionnel. Ce dernier doit :

  • organiser des assemblées générales ;
  • établir la comptabilité en distinguant les coûts de location des coûts non locatifs ;
  • entretenir le bâtiment ;
  • effectuer les travaux conformément à une logique d’appel d’offres ;
  • etc.

Quels sont les avantages d’une copropriété ?

Le principal avantage d’un syndic volontaire est, bien sûr, son coût  : l’économie peut être substantielle entre un syndic professionnel et une gestion réalisée par l’un des copropriétaires. Ce bénéfice augmente le rendement de l’investissement locatif des copropriétaires.

Le fait que le syndic bénévole gère l’immeuble en tant que participant est un autre avantage de cette formule. Étant donné qu’il est directement affecté par l’entretien et les travaux effectués dans la copropriété, le propriétaire en question est généralement plus vigilant quant à la bonne exécution des opérations effectuées à l’intérieur du bâtiment.

Cependant, la portée des tâches à accomplir et l’organisation nécessaire pour assurer la communication entre les copropriétaires expliquent en grande partie pourquoi le syndic volontaire fait référence à des condominiums plus petits. En fait, il est relativement difficile de trouver un propriétaire possédant suffisamment de temps et de connaissances pour gérer une grande copropriété.

Quels sont les aspects réglementaires qui affectent le syndic Bénévole ?

Certaines obligations réglementaires doivent être remplies par le syndic volontaire qui, en fait, doit être très rigoureux.

Obligations à remplir

Premièrement, il est essentiel de préciser que seul un copropriétaire ou son conjoint peut agir à titre de syndic volontaire. La loi Alur, qui complète la loi no 65-557 du 10 juillet 1965, établit cette obligation par la phrase suivante : « Tout syndic non professionnel, bénévole ou coopératif doit être copropriétaire d’un ou de plusieurs lots ou fractions de lots dans la copropriété à administrer ».

En outre, en vertu de la même loi, le syndic volontaire doit être un propriétaire légitime et non un simple usufruitier ou un propriétaire nu.

Bien qu’un syndic volontaire accomplisse une mission identique à celle d’un syndic professionnel, les exigences réglementaires qui pèsent sur lui sont significativement plus bas. Par conséquent, le syndic volontaire n’est pas tenu de posséder une carte professionnelle, de présenter une garantie financière ou de démontrer une assurance professionnelle.

Toutefois, compte tenu des responsabilités inhérentes à l’administration d’un condominium et de ses espaces communs, il est fortement conseillé au syndic volontaire d’engager une assurance couvrant ses actions et ses décisions  : par définition, son caractère non professionnel leur risque d’erreur est plus élevé.

Impact de la loi Macron sur les situations exceptionnelles

La présence d’un syndic dans un condominium est obligatoire. Dans certains cas, cependant, un condominium peut être dépourvu de syndic.

En cas d’absence d’un syndic, la loi Macron de 2015 autorise tout copropriétaire à convoquer une assemblée générale afin de nommer un syndic en copropriété. Cette facilité d’exécution permet de résoudre rapidement les cas où le mandat du syndic expire sans nouvelle nomination, par exemple.

Si personne ne demande une telle citation, tout copropriétaire peut demander au Président de la Haute Cour de nommer un administrateur temporaire pour convoquer un GG aux fins de la création d’un syndic.

Si l’absence d’un syndic est due au fait que l’assemblée générale des copropriétaires convoquée à cette fin n’a pas désigné de syndic, il appartient à un ou plusieurs copropriétaires de demander au tribunal de nommer un syndic auprès du président de la Haute Cour.

Il convient également de noter que la Loi Macron exige que les contrats des syndics soient concurrentiels tous les trois ans.

Qu’est-ce que le syndic de copropriété professionnel ?

Le syndic de copropriété professionnel est une personne qui exerce pour le compte d’une société. À la différence d’un syndic bénévole, les personnes travaillant pour le syndic professionnel sont rémunérées. Un syndic professionnel est une excellente alternative à un syndic bénévole, car elles ont pratiquement les mêmes obligations. Elles doivent faire respecter le règlement de copropriété et participer aux assemblées générales pour voter les nouvelles décisions prises.

Si vous cherchez un nouveau Syndic de copropriété à Lyon ou dans une autre grande ville, sachez que c’est tout à fait possible. Vous pouvez vouloir en changer, car l’actuel est trop cher, ou parce que vous trouvez les charges trop élevées. Ou alors vous pouvez vouloir en changer parce que vous trouvez que l’actuel n’est pas assez efficace, dans tous les cas, pour pouvoir changer de syndic, vous devez vous assurer que le nouveau prendra bien en charge toute la gestion de votre immeuble. Il faut que le syndic professionnel s’occupe de l’entretien de l’immeuble, doit gérer les comptes et le budget, il doit aussi veiller à ce que les locataires respectent bien le règlement et enfin qu’il s’occupe des assemblées générales de A à Z.

Partager :