Qui fait le diagnostic electrique ?

36
Partager :

Au détriment du propriétaire, le diagnostic électrique n’entraîne aucune obligation de travail. À condition que vous ne mettez pas en danger les occupants ! Définition, rapports, durée de validité… découvrez tout ce que vous devez savoir sur le diagnostic électrique en cas de vente immobilière.

Qu’est-ce que le diagnostic électrique ?

Le diagnostic électrique vérifie qu’une ancienne installation électrique ne présente pas de risque d’électrification ou d’incendie pour votre maison. Pour cette raison, des diagnostics électriques sont effectués lors de la location ou de la vente de votre propriété.

Lire également : Qui prend en charge le diagnostic immobilier ?

Grâce à des contrôles visuels, des tests et des mesures, les diagnostics immobiliers vérifieront l’ensemble de l’installation : en aval (après) de votre appareil général de contrôle et de protection (c’est-à-dire votre disjoncteur/interrupteur de courant).

Rassurez-vous, il n’est pas destiné à donner un rabais aux normes. Une grille d’annotation répertorie tous les points de contrôle (défauts et anomalies). Celles-ci sont codifiées directement par la norme NFC 16-600. Il vient directement à partir de la norme 15-100 pour une utilisation dans la construction.

Lire également : Métiers de la construction - Terrassement

Dans votre maison, le diagnostic électrique comprend l’installation électrique, seulement basse tension, en aval de l’appareil général de contrôle et de protection.

Outre le capot du panneau électrique, aucun démontage et bricolage ne doivent être effectués par les diagnostics immobiliers. Tous les tests prévus pour identifier les anomalies sont traités par la norme qui régit ce diagnostic.

Diagnostic électrique dans votre maison :

Lors de la vente ou de la location de votre maison, les contrôles de diagnostic électrique commenceront en fonction de plusieurs parties de l’installation :

  • Présence d’un appareil général de contrôle et de protection
  • Présence d’un différentiel de dispositif
  • Prise de terre et installation de mise à la terre
  • Présence d’un disjoncteur ou d’un fusible approprié
  • Respect des règles relatives aux zones dans chaque pièce contenant une douche
  • Absence de matériaux présentant des risques de contact direct avec des éléments sous tension
  • Absence d’équipement électrique ancien ou inadapté

Des installations électriques modernes sont prévues aujourd’hui, pour avoir suffisamment de sécurité pour ne pas vous tuer. Cependant, le stock immobilier français est ancien. Toutes les installations sont loin d’être standard. En effet, certains présentent des risques importants d’électrification, très dangereux pour la personne qui la subit.

Qui peut effectuer des diagnostics électriques ?

Le diagnostic électrique doit être effectué par un professionnel spécialisé, avec une formation reconnue par l’État.

L’immobilier Diagnostic doit donc être certifié par un organisme accrédité COFRAC. Ils doivent également vous fournir la preuve qu’ils ont une assurance responsabilité professionnelle valide. Le numéro d’identification doit être indiqué sur le rapport. Par conséquent, le propriétaire sera protégé et couvert en cas de litige.

Attention, particularité de ce diagnostic : le diagnostic de l’employé doit nécessairement tenir un attestation validée par son manager.

Le rapport de diagnostic immobilier :

A la fin de votre visite, vous recevrez un rapport établi par les diagnostics immobiliers contenant les informations suivantes :

  • Identification de chaque anomalie (description et emplacement)
  • Parties non diagnostiquées en raison de difficultés d’accès,
  • Points de contrôle effectués,
  • Risques encourus en fonction des risques identifiés.

Pourquoi les diagnostics électriques sont-ils obligatoires lors de la vente de ma propriété ?

Le diagnostic électrique est obligatoire pour tous les logements (maisons ou appartements) dont les installations électriques ont plus de 15 ans.

En cas de vente de votre maison, un diagnostic électrique (valide) doit être joint DDT (dossier de diagnostic technique). Celle-ci doit être remise à l’acheteur au moment de la signature du compromis ou de la promesse de vente.

Par conséquent, nous vous conseillons d’effectuer le diagnostic électrique avant le contrat de vente. À l’heure de la décision d’inscrire votre propriété. Vous serez alors en mesure de le présenter au moment des visites mais aussi de corriger les anomalies éventuelles.

Des diagnostics électriques sont mis en place pour protéger le vendeur et l’acheteur. En cas d’omission de celui-ci, le vendeur risque beaucoup. En effet, en cas de problème après la vente de la propriété, le vendeur peut être poursuivi pour défaut caché.

L’acheteur pourra alors obtenir des dommages-intérêts, une révision du prix de vente ou même l’annulation de la vente.

Qu’est-ce qui différencie le DPE et le diagnostic électrique ?

Ces deux diagnostics sont très différents.

Le diagnostic DPE (Energy Performance Diagnostics) vous informe sur la consommation d’énergie et les performances en matière d’émissions de CO2 de votre maison.

Le DPE attribue une « note » de A à G qui informe sur la quantité d’énergie consommée par votre propriété. Il contient également une autre « note » de A à G indiquant la quantité de gaz à effet de serre émis par le logement.

Ces notes seront signalées sur deux étiquettes : énergie et climat. Ils permettent aux acheteurs ou aux locataires de comparer les performances de différents logements.

Alors que le diagnostic électrique, vise à vérifier la conformité des appareils et composants électriques au moment de la location ou de la vente de la propriété.

Qu’en est-il du DPE (Energy Performance Diagnostics) et des diagnostics électriques ?

Au moment de la vente ou de la location, le diagnostic DPE sera obligatoire dans tous les cas. Alors que le diagnostic électrique, quant à lui, ne sera obligatoire que pour tous les logements avec une installation électrique de plus de 15 ans.

Est-il obligatoire de suivre les recommandations du DPE et des diagnostics électriques ?

La réponse est non. En effet, ces diagnostics vous proposeront des suggestions pour des travaux d’amélioration. Le but de ces diagnostics est d’informer le futur acquéreur des travaux à envisager ou à effectuer.

Cependant, si le diagnostic électrique présente des anomalies importantes et un danger grave et immédiat pour l’habitant, Diagnostic a le devoir de couper l’électricité. Ils devront également contacter le fournisseur d’électricité afin que le contrat soit réduit jusqu’à une réduction sur les normes d’électricité.

Il faut cependant être conscient d’une chose pour le diagnostic DPE : la dernière étude de marché indique que sur 2 logements similaires (superficie, chambre, zone géographique), il y a une différence moyenne de 5% du prix de vente par lettre de note défavorable.

Sachant qu’avec quelques réflexes et une politique nationale très favorable pour les travaux économes en énergie (PTZ, crédit d’impôt), chaque euro investi peut générer des euros d’épargne et des euros de profit lors de votre vente.

Quelles sont les périodes de validité de ces deux diagnostics en cas de vente ?

Le Diagnostic de la performance énergétique est valable 10 ans après sa mise en place.

En ce qui concerne le diagnostic électrique, il reste valable pour 3 ans pour la vente et 6 ans pour la location.

Attention : si votre installation électrique a été mise à jour et que vous avez un certificat de conformité, elle peut être considérée comme un diagnostic avec une durée de validité identique de 3 ans. Toutefois, le certificat doit avoir été approuvé par un organisme accrédité par le ministre responsable de l’énergie.

Petit point de culture :

  • L’électrification se réfère au phénomène du passage du courant électrique dans votre corps, ainsi que tous ses phénomènes physiologiques connexes.
  • L’électrocution se réfère à un choc électrique qui est nécessairement fatal. Une électrocution est évidemment une électrification (qui a mal tourné). Mais toutes les électrifications ne finissent pas par des électrocutions.
  • Il y a environ 200 décès annuels dus à l’électrocution en France, et 4 000 électrisations graves entraînant des handicaps et des séquelles irréversibles. La sécurité électrique est un véritable problème dans l’environnement domestique. Surtout depuis notre les enfants paient une tribu lourde chaque mois en France, un jeune enfant meurt victime d’électrocution.
  • De plus, sur 250 000 incendies annuels, 80 000 auraient une installation électrique défectueuse. 40 % des victimes sont des enfants de moins de 9 ans.

Partager :