Le DPE : comment se calcule-t-il ?

Le Diagnostic de Performance Energétique est un moyen de mesurer et de dénicher la performance énergétique d’un logement ou d’un bâtiment. Pour cela, il se base sur l’évaluation de la consommation d’énergie par rapport à son impact en termes d’émissions de gaz à effet de serre. Le DPE s’inscrit dans l’esprit de la politique énergétique européenne et française. Elle a pour objectif de parvenir à une réduction de la consommation d’énergie de tous les bâtiments et de limiter leurs émissions de gaz à effet de serre. Le DPE : comment se calcule-t-il ? Éléments de réponses dans les lignes à suivre.

La signification des notes

Le DPE reste le plus connu des diagnostics puisque son résultat est présenté sous une forme que l’on retrouve aussi bien pour son réfrigérateur, voiture et logement. Ledit diagnostic attribue à une habitation deux notes dont chacune sous une lettre allant de la meilleure A à la moins bonne G. La première note correspond à la consommation annuelle d’énergie de votre bien pour le chauffage de l’habitation et le chauffage de l’eau divisée par sa surface. Si vous consommez par exemple moins de 50 kWh par m2 par an, on attribuera à votre bien un A étant donné que la consommation est très bonne.

A lire aussi : Comment faire baisser sa facture d'énergie ?

Mais, si vous dépassez 450 kWh par m2 par an, attendez-vous à un G comme sanction. Quant à la deuxième note, elle répond à la quantité annuelle de CO2 produite par m2. Cela pour le chauffage de l’habitation et de l’eau chaude divisée également par sa surface. Toutefois, retenez que cela dépend de la quantité d’énergie consommée donc de la première note, mais aussi de la source d’énergie utilisée pour votre chauffage. À titre d’exemple, un chauffage électrique aura une meilleure deuxième note qu’un chauffage au fioul. Étant donné que vous saviez déjà la signification de ces notes, demandez un devis pour votre DPE chez Diag Immo sans inquiétude.

Calcul en théorie du DPE

Vous avez la possibilité de calculer votre DPE en théorie de deux différentes manières. La première méthode est sur factures ou dite évaluation réelle. Elle consiste à s’appuyer sur les consommations effectives d’énergie (électricité, gaz) de vos trois dernières années dans votre bien. Suite à cela, ces consommations sont ramenées à la surface de votre bien pour obtenir la note. Autrement dit, le diagnostiqueur calcule à l’aide d’un logiciel la moyenne de la consommation d’énergie, des coûts annuels d’énergie consommée sur les trois dernières années.

A voir aussi : Quand et pourquoi entretenir sa chaudière ?

La deuxième est dite méthode conventionnelle ou 3 CL. Elle sert à renseigner les caractéristiques d’un bien tel que la surface et type de fenêtres, surface et isolation des planchers, murs, plafonds, type de chauffage. Ces derniers sont renseignés dans un logiciel et c’est à la machine même d’attribuer les lettres. Car, ces données techniques de bâtiment permettent d’évaluer la consommation d’énergie, les quantités de gaz rejetés dans l’atmosphère et les coûts annuels d’énergie consommée. Toutefois, notez que la méthode de calcul ne se choisit pas selon la préférence du diagnostiqueur, mais plutôt en fonction du type de bien. À titre d’exemple, pour un bâtiment construit avant 1948, la méthode sur factures est à utiliser tandis que pour un bâtiment construit après 1948, le calcul conventionnel doit être de mise.

Articles Similaires

Show Buttons
Hide Buttons
Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!