Comment calculer sa capacité d’emprunt ?

1467
Partager :

Il est important de calculer sa capacité d’emprunt avant de contracter un prêt immobilier. Sans quoi, vous risquez de contracter un prêt démesuré que vous ne pouvez pas rembourser dans les temps ou, au contraire, contracter un prêt trop en dessous de vos moyens et de vos ambitions. Mais comment calculer sa capacité d’emprunt ? C’est ce que nous allons voir tout de suite !

Calculer sa capacité d’emprunt : la formule

A découvrir également : Les clés pour sécuriser votre achat immobilier à crédit

Avant même de déposer une demande de prêt immobilier, il est important de calculer votre capacité d’emprunt. L’établissement financier qui recevra votre demande, lui, évaluera systématiquement votre capacité de remboursement et si celle-ci est inférieure à la somme demandée, vous risquez de voir votre demande refusée.

En effet, avant même d’accorder un prêt, l’établissement financier doit s’assurer que l’emprunteur est effectivement en mesure de rembourser la somme demandée. D’ailleurs, l’assureur qui assurera le prêt s’en assurera également pour ne pas prendre de risque. C’est la raison pour laquelle vous devez calculer votre capacité d’emprunt avant une quelconque demande.

A découvrir également : Les avantages et les inconvénients de l'emprunt immobilier avec un taux fixe : ce que vous devez savoir

Pour calculer sa capacité d’emprunt, voici les détails à prendre en compte :

  • Les revenus du ou des emprunteurs (Revenus) : Les revenus correspondent au revenu total du ou des emprunteurs incluant le salaire professionnel et les autres revenus.
  • Le montant de l’apport personnel s’il est question (Apport) : Si vous avez un apport personnel à inclure dans le projet, celui-ci doit être pris en compte dans le calcul.
  • Les charges du ou des emprunteurs (Charges) : Les charges correspondent à toutes les charges du ou des emprunteurs incluant le loyer ainsi que tous les autres crédits en cours à rembourser.
  • La durée du remboursement du crédit (Durée) : Il s’agit de la durée de l’échéance de votre prêt.

Grâce à ces éléments, voici la formule pour calculer votre capacité d’emprunt : (((Revenus – Charges) x 33 / 100) x Durée (en mois)) + Apport.



Les critères pris en compte dans le calcul de la capacité d’emprunt

Dans le calcul de votre capacité d’emprunt, plusieurs critères sont pris en compte pour déterminer si vous êtes éligible à un prêt immobilier et quelle somme vous pouvez emprunter. Ces critères permettent aux banques et aux organismes de crédit d’évaluer votre profil financier de manière précise et rigoureuse.

Premièrement, le taux d’endettement est un élément crucial dans l’évaluation de votre capacité d’emprunt. Il correspond au ratio entre vos charges mensuelles (loyer, remboursements de crédits en cours…) et vos revenus mensuels nets. En général, les établissements financiers considèrent qu’un taux d’endettement inférieur à 33% est acceptable pour accorder un prêt immobilier.

La durée du prêt joue aussi un rôle déterminant dans le calcul. Plus la durée du prêt sera longue, plus les mensualités seront réduites, mais cela impliquera aussi des intérêts supplémentaires dus sur une période plus étendue. Pensez à bien trouver un équilibre entre des mensualités qui restent abordables et une durée raisonnable pour minimiser les frais financiers totaux.

L’apport personnel constitue un atout non négligeable lorsqu’il s’agit de financer l’achat d’un bien immobilier. Effectivement, plus votre apport sera conséquent, moins vous aurez besoin d’emprunter auprès des banques et par conséquent moins votre capacité d’emprunt sera limitée.

De même, la stabilité professionnelle est prise en compte dans le calcul de la capacité d’emprunt. Les organismes de crédit préfèrent accorder des prêts aux emprunteurs qui ont une situation professionnelle stable et régulière. Avoir un contrat à durée indéterminée (CDI) ou être en mesure de présenter des revenus pérennes est un gage de sécurité pour les établissements financiers.

Pensez à bien évaluer votre reste à vivre après remboursement du prêt immobilier. Le reste à vivre correspond au montant qu’il vous restera chaque mois une fois que toutes vos charges fixes auront été déduites. Il doit être suffisamment confortable pour couvrir vos dépenses courantes (nourriture, factures, loisirs…) tout en permettant d’épargner.

Pensez à bien souligner que ces critères peuvent varier légèrement selon les politiques internationales et les métiers spécialisés dans le secteur bancaire.

Astuces pour augmenter sa capacité d’emprunt

Une fois que vous avez compris les éléments qui influencent votre capacité d’emprunt, il est temps de découvrir quelques astuces pour l’augmenter et ainsi réaliser vos projets immobiliers. Voici quelques conseils pratiques qui peuvent faire la différence :

Optimisez votre taux d’endettement : Si vous souhaitez augmenter votre capacité d’emprunt, veillez à réduire au maximum vos charges mensuelles fixes. Cela peut passer par une renégociation de vos contrats (assurances, téléphonie…) ou encore par la recherche d’un logement moins onéreux.

Augmentez votre apport personnel : Comme évoqué précédemment, un apport conséquent permet de diminuer le montant emprunté et donc d’augmenter la capacité d’emprunt. Mettez en place des stratégies financières pour épargner davantage et constituer un apport solide.

Améliorez votre profil financier : La stabilité professionnelle est un critère important dans l’évaluation de la capacité d’emprunt. Si possible, privilégiez les contrats à durée indéterminée (CDI) et évitez les périodes de chômage prolongées qui pourraient impacter négativement l’accord du prêt.

Réduisez vos dépenses superflues : Une gestion rigoureuse de vos finances peut aussi jouer en faveur de votre capacité d’emprunt. Évitez les dépenses inutiles et concentrez-vous sur l’épargne afin de montrer aux banques que vous êtes responsable financièrement.

Prenez soin de votre historique bancaire : Les établissements financiers consultent souvent votre historique bancaire pour évaluer votre comportement financier. Veillez à régler vos factures en temps et en heure, évitez les incidents de paiement et assurez-vous d’avoir une bonne gestion de vos comptes.

Partager :