Quelles aides pour refaire une toiture ?

46
Partager :

Rénover votre toit est pénible : critères locaux à respecter, règles du jeu imposées par les mairies ou le DDE, coûts des matériaux et de la main-d’œuvre, questions sur la performance énergétique à atteindre… Voici un guide sur ce qui peut coûter une rénovation de toiture, ainsi que les subventions et subventions qui peuvent vous être accordées sous certaines conditions.

Toit, toit, mon toit

Avez-vous déjà vécu dans une habitation sans toit ? Non, bien sûr, pour une bonne raison : nous avons tous besoin d’un toit au-dessus de nos têtes. La toiture est l’élément clé qui protège contre les intempéries, mais joue également un rôle dans le contrôle de sa consommation d’énergie et dans le confort général du logement.

A lire également : Comment rendre sa maison plus belle ?

Tout cela a un prix, bien sûr. Néanmoins, le coût de la rénovation des toitures peut être considérablement réduit par des aides financières, des subventions et des incitations fiscales et comptables qui s’articulent autour de la durabilité et gain d’énergie de votre travail.

Quelques questions avant de rénover son toit

Tout d’abord, commencez par vous poser les questions suivantes :

A lire aussi : Comment calculer un prix de vente par rapport à un prix d'achat ?

  • Mon toit devrait-il être rénové dans son ensemble, ou seulement en partie ? Vous pouvez faire face à des fuites localisées qui causent une perte d’énergie, ou à une présence globale de mousse qui atteste de la porosité de la couverture.
  • Quelle est ma surface à rénover ? Compte tenu des superpositions, la zone à rénover est plus importante que la surface technique du toit.
  • Dois-je reconstruire mon cadre ? Poutres cassées ou fendues, invasion de termites… Ne négligez pas les défauts structures structurelles du cadre, qui régit la durée de vie de l’ensemble du toit. Et dont la réparation est moins chère que celle du toit lui-même.
  • Dois-je revoir mon isolation ? Qu’il s’agisse d’une meilleure isolation ou simplement d’un effet collatéral, assurez-vous que votre nouveau toit est mieux isolé et empêche la perte d’énergie. L’aide à la rénovation concerne principalement la dimension écologique et durable.
  • Quel matériau pour ma toiture ? Vous avez le choix : carrelage en terre cuite ou béton, ardoise, bardeau, chaume, acier, bois, zinc, légumes… Les possibilités sont nombreuses et varient en fonction de vos goûts esthétiques, de votre budget et du potentiel énergétique des matériaux.

Calcul des coûts

La rénovation de la toiture a un coût : ceci est calculé au mètre carré et varie en fonction de la technique de toiture et du matériau utilisé. Le prix comprend : les matériaux, l’encadrement et le placage en zinc.

La différence de prix entre les matériaux dépend de :

  • L’aspect esthétique
  • Qualité isolante
  • Sa durée de vie
  • Le niveau requis de maintenance

L’isolation elle-même est divisée en trois catégories :

  • Isolation de l’intérieur du toit avec agencement grenier
  • Isolation du grenier (si le grenier n’est pas disposé)
  • Isolation de l’extérieur

Il est nécessaire d’ajouter au prix, selon le cas :

  • La pose de velux
  • Pose de cheminée
  • Systèmes de ventilation de toit

Enfin, le coût de la main-d’œuvre reste, car vous utiliserez un couvreur pour rénover votre toit. Pour trouver les meilleurs tarifs, vous pouvez utiliser un formulaire d’estimation pour concurrencer les entreprises.

Rénovation des toits : aide financière

Le toit est l’un des points importants de perte d’énergie dans un logement : il représente 30% des pertes totales. C’est pourquoi la rénovation des toits ouvre la voie à une aide financière et à des subventions dans le cadre des politiques qui encouragent le développement durable.

Ces aides et subventions sont octroyées par :

  • ANAH, l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat
  • Les régions
  • Départements
  • Quelques municipalités

Voici les aides que vous pouvez réclamer pour la rénovation de votre toit :

  • Crédit d’impôt pour le développement durable (CIDD) : il est destiné aux propriétaires et aux locataires, pour la rénovation du toit des logements principaux et des logements achevés depuis plus de 2 ans. Le CIDD permet de déduire les frais de remise en état des taxes. Depuis le 1er janvier 2015, pour bénéficier du CIDD, les travaux doivent être effectués par une entreprise ou un professionnel certifié RGE (pour Reconnu Garant de l’environnement).
  • TVA de 5,5% : concerne l’achat d’équipements, la main-d’œuvre, l’entretien des matériaux et équipements (qui répondent à des critères prédéfinis de performance énergétique), ainsi que les travaux induits — à l’exception des travaux d’agrandissement de surface taxés à 10%.
  • Le prêt écologique à taux zéro PTZ : il est accordé pour le financement d’ouvrages d’isolation thermique de toiture visant à atteindre un seuil minimal de performance énergétique globale. Les conditions et les plafonds sont nombreux, et concernent le travail effectué par un RGE professionnel. Il peut être combiné avec le CIDD.
  • AIDES ANAH, telles que l’aide à la solidarité écologique (ESA) dans des conditions de plafonds.
  • L’aide accordée par les collectivités locales, en fonction du territoire et des communes : elle permet de bénéficier d’exonérations de 50 ou 100 % de l’impôt foncier sur 5 ans après paiement intégral des travaux. Les détails de ces aides sont disponibles sur le site Web de l’ANIL.

En faisant appel à des professionnels certifiés RGE et en cherchant une meilleure adéquation énergétique et écologique de votre toit, vous aurez une pierre, deux temps : une rénovation selon les règles de l’art et un budget significativement réduit pour réaliser votre travail. Que faire pour éviter les tuiles !

Partager :